LE TELEGRAMME 05/07/2022 :

"La renommée de la Maison Le Minor rayonne bien au-delà du Pays bigouden. Une exposition au fort de Sainte-Marine, à Combrit, retrace l’aventure de ce petit atelier de broderie à Pont-l’Abbé qui va multiplier les collaborations avec les artistes.

Son amie, l’écrivain Colette dit de Marie-Anne Le Minor qu’elle est « le grand couturier des poupées du terroir ». Dans l’atelier familial de sa maison sur le pont habité de Pont-l’Abbé, cette femme de tempérament a en effet l’idée, en 1936, de produire des poupées arborant des costumes traditionnels bretons. L’activité rencontre un immense succès en France et à l’étranger. La poupée Le Minor est même offerte aux chefs d’État en visite mais aussi aux passagers voyageant en première classe sur Japan Airlines ou Air France.

À partir de ce samedi 2 juillet 2022, une exposition retraçant la renommée de la Maison Le Minor est installée au fort de Sainte-Marine. « Dans cette exposition, on essaye de montrer les différentes étapes de Le Minor, en commençant par les poupées puis la broderie avec les bannières et les vêtements d’église », précise Gildas Le Minor, son petit-fils"

 

 

LE TELEGRAMME 02/07/2022

Combrit. « Le Minor et ses artistes, entre tradition et création », au Fort, cet été

Cet été 2022, le Fort de Sainte-Marine (Finistère) est le siège de l’exposition « Le Minor et ses artistes, entre tradition et création ». À découvrir du 2 juillet au 28 août 2022.

 

Événement culturel de l’été, le Fort de Sainte-Marine (Finistère) est le siège de l’exposition « Le Minor et ses artistes, entre tradition et création ». « Évoquer la Maison Le Minor, c’est mettre en exergue l’un des emblèmes du patrimoine, de l’histoire et de la culture bigoudène », explique Brigitte Le Gall-Le Berre, adjointe à la culture.

 

C’est aussi une manière de rendre hommage à une femme d’exception, Marie-Anne Le Minor (1901-1984), engagée très jeune dans l’action sociale, ouvrant dès 1930 un atelier proposant l’apprentissage de la couture aux jeunes filles, leur permettant de vivre et travailler au pays. Elle fondera la Maison qui porte son nom en 1936.

Les Poupées de Bretagne

Avec des premiers pas de génie en ayant l’idée de développer les « Poupées de Bretagne » véritables objets de collection en s’inspirant des habits bretons et du savoir-faire local. « Constatant le nombre de brodeurs et brodeuses exceptionnels en Pays bigouden, elle aura ensuite l’intuition géniale de transposer cet art de la broderie à d’autres productions plus artistiques. De là, commence une fréquentation du monde de l’art et de ses artistes, tels Mathurin Méheut, Pierre Toulhoat, avec lesquels elle entamera des collaborations pour ses productions de tapisseries, foulards et plus tard nappes imprimées », raconte son petit-fils Gildas Le Minor.

Renouveau grâce aux bannières

Marie-Anne Le Minor a toujours su s’entourer des bonnes personnes. Elle fait également travailler des équipes sur des ornements de tissus d’ameublement, elle a l’idée de faire broder des vêtements sacerdotaux. Autre coup de génie la broderie décorative qui va trouver un renouveau grâce aux bannières, véritables œuvres d’art entièrement brodées à la main et qui illuminent pardons, processions et intérieurs d’édifices religieux. Après les panneaux décoratifs brodés, les ateliers Le Minor se lanceront dans la production de tapisseries. Pierre Toulhoat, bien sûr mais aussi Jean Fournier, Georges Conan, René Quéré André Bouler, René-Yves Creston et bien sûr Dom Robert. Les tapisseries réalisées à partir de cartons et peintures vaudront à la maison Le Minor une reconnaissance officielle car considérées comme des œuvres d’art originales.

 Au fil de la visite des quelques salles d’exposition, le visiteur plonge dans un monde de lumière et de beauté pure magnifié par des savoir-faire d’une tradition ancrée au Pays bigouden.

Fort de Sainte-Marine du 2 juillet au 28 août, ouvert tous les jours sauf le mardi de 14 h 30 à 18 h 30. Entrée libre. Conférences les 20 juillet et 9 août à Croas Ver à 18h30.

 

Merci Sylvie G. !