Texte d'Anne-Marie POROT

  

Nous savions qu'après la guerre de 1940, la France ne s'intéressait guère aux jouets et poupées. Il s'est vendu à Drouot une quantité de poupées du XIX° à bas prix. Qui pouvait penser à acheter ces jouets jugés bons à jeter,on avait d'autres préoccupations. Mise à part Madame de Galéa et son amie, qui aimaient les poupées, ce qui a été la base du Musée de poupées à Monaco, Capia, Mme Escudié, personne ne s'intéressait aux jouets, c'était puéril et un  peu débile. Rendons hommage à Mme Coleman et aux associations américaines qui se sont créées.

Pourtant nos belles poupées partaient par malles entières aux U.S.A.

A cette époque, je ne sais pourquoi, les douanes interdisaient d'exporter ou importer les poupées. Alors les Américains démontaient les poupées : les têtes d'un côté, le corps de l'autre dont ils faisaient des emballages différents.

Ainsi les poupées passaient les frontières sans inquiétude.

Mais quand il fallait remonter les poupées, on n'était pas très sûr que la tête correspondait  bien avec le corps. Je pense qu'avec les recherches qui ont été faites depuis, on a pu rétablir les erreurs. Rendons hommage à Mme Coleman

Il y a quelque cinquante ans, j'ai vu chez un brocanteur, un tiroir rempli de têtes et un autre rempli de corps. On m'a laissé choisir la tête qui me convenait le mieux, pour aller avec le corps que j'avais choisi !.....

J'étais stupéfaite!…

Récemment, j'ai vu sur internet une importante vente de poupées françaises chez Thériault et  j'ai pu reconnaître une poupée que j'avais eu en main que j'avais photographiée et même fait radiographier ne pouvant la déshabiller.Je savais d'où elle venait : elle appartenait à une famille de Vendée et représentait paraît-t'il, une mariée de Noirmoutiers. En faisant des recherches, j'ai pu la dater, grâce à une revue de modes de 1850, en retrouvant le modèle identique comme robe de mariée.

 

mariée 1850 tête 001

Photo d'Anne-Marie POROT

 

D'après la radiographie, nous avons trouvé que la tête-buste est en carton-composition, la tête est peinte, de couleurs vives, le corps est en peau. bourrée ainsi que les jambes. La poupée ne peut pas se tenir debout toute seule, les jambes sont molles, les mains sont en peau bourrée, les doigts séparés, armés de fil métallique.

La robe est en mousseline de coton blanc avec trois bandes de satin de soie dans le bas. Elle porte un voile en mousseline blanche tenue par une couronne de boutons de roses blanches comme c'était à la mode à cette époque. Elle porte aussi un collier qui pourrait être en corail blanc. Une large ceinture en soie nouée devant et un bouquet de fleurs artificielles complètent la tenue.

 

1 bis mariée po

photo d'Anne-Marie POROT

 

Cette poupée a été exposée quelques temps au Musée de la Poupée à Paris. Elle avait fait les honneurs avant, de plusieurs expositions particulières. 

AMP